Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie

Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie

Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie

Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie


Parti des sombres veillées funèbres où il faisait danser plus d’un, le Mbolé aujourd’hui se veut plus travaillé et plus populaire. Plus le temps passe, plus il prend de l’ampleur. Découvrons ensemble ce style de musique qui au-delà de l’art, vise à exprimer un mode de vie de ces jeunes de banlieue. 

«  Ma maman m’avait dit petit virus, tu sais dans la vie faut jamais baisser les bras, faut toujours garder espoir… j’ai mis ces conseils en pratique, j’ai compris la réalité, petit virus détecteur de gué. »  


Ce petit extrait du titre « l’envol du Mbolé » de petit virus, illustre parfaitement le fondement même de ce rythme de musique qui se popularise avec le temps à travers la jeunesse des grandes villes du Cameroun. Ce rythme venu des sous-quartiers existe depuis déjà deux décennies selon ses précurseurs. Petit virus les mentionne dans cette chanson : « ça a commencé avec Fill Massingan, ensuite Bertrand Loïc, Aristide Paco a pris les choses, Petit Malo a développé, et petit virus a récupéré, les mboleyeurs il faut élever le niveau... ».

En réalité, ce rythme de musique issu du ghetto des quartiers populaires de Yaoundé tels que : Nkoldongo, Etam-Bafia, Essos, Anguissa, Mvog-Ada, est à l’origine un genre de musique dit d’animation. Animation car à ses débuts, il se jouait surtout lors de veillées funèbres pour garder les invités de ces tristes soirées en éveil mais aussi pour y apporter un peu plus de couleur. Il faut dire que la plupart du temps, les mboleyeurs n’étaient pas invités officiellement à ces événements. Ils s’y invitaient tout seuls et commençaient simplement à animer.

Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie

Un style d’animation aussi car il est surtout improvisé. Que ce soit au niveau des instruments utilisés souvent des objets de notre quotidien qui produisent du son et le célèbre Djembé (une sorte de tam-tam). Mais improvisé aussi au niveau des chants sous formes d’atalaku (des dédicaces) ou encore de louanges et de chants populaires. Enfin improvisé aussi jusqu’au style de danse utilisé inspiré de leur quotidien. À l’instar de : la danse du « mongol », la danses de la marmite, la danse des « pédés » etc. Toutes des imitations de personnes ayant des comportements inhabituels, empruntés et exécutés avec humour.

Si à la base ce style de musique ne se jouait qu’en live, il s’est retrouvé peu à peu dans les studios d’enregistrement pour manifester cette « révolution ». Plusieurs personnes affirment que ce sont des artistes tels que : Dj Lexus, ou encore Petit Malo, qui en sont à l’origine. C’est grâce à leur titres « Ekondo » et « Dans mon kwatta » respectivement, qu’on a observé cette révolution de ce style de musique qui peu à peu, a commencé à sortir des quartiers pour toucher plusieurs autres villes. Plusieurs jeunes ont ainsi suivi leurs pas notamment Petit Bozart, les crazy mix, petit virus et le groupe Médecins de Medeline. Dans une interview accordée à nos confrères de chez Culture Ébène, Dj Lexus a affirmé que le Mbolé ne saurait être comparé ou intégré dans un autre style : « Le Mbolè c’est la musique du kwatta, la musique des veillées comme on le dit généralement. Le Mbolè, c’est la musique qui regroupe toutes les autres musiques, lorsqu’il y’a un décès au quartier vous allez voir des  jeunes qui descendent avec le Djembé à la veillée en interprétant tout genre de musique, en faisant des parodies et en interprétant aussi leurs propres compositions. C’est cette musique, qui anime les veillées et certains mariages, que moi j’ai décidé de révolutionner. »

Le Mbolé : plus qu’un simple rythme, un mode de vie

Mais en quoi le Mbolé est-il un mode de vie ?

Pour répondre à cette question il suffit de faire un tour dans les quartiers où ont vécu ou vivent encore ces jeunes artistes. Une petite visite guidée à Nkoldongo ou Etam-Bafia vous permettra alors de découvrir le ghetto dans lequel ces jeunes vivent. Des quartiers très populaires, aux habitations modestes, parfois invivables pour certains. Des rues poussiéreuses où se rencontrent des jeunes le soir généralement pour passer du temps à jouer au football, au njambo (jeu de cartes), ou encore pour se doper au chanvre chinois (communément appelé le banga). Dans ces quartiers difficiles, les jeunes y vivent sans repère car la plupart, n’a pas réussi à aller au bout de ses études, faute de moyen ou simplement à cause de l’insouciance. La plupart de ces jeunes finissent en pickpocket, d’autres en grands criminels ou simplement vagabonds. Une chose est certaine, ils partagent tous cette « niaque » légendaire qui se manifeste par une volonté absolue de quitter la vie difficile dans laquelle ils vivent pour une meilleure vie. Ceci d’autant plus que parmi eux, il y en a qui ont réussi à s’en sortir dans des disciplines sportives ou dans des business informels. Ce sont d’ailleurs ces personnes qui ont énormément contribué à la vulgarisation de ce genre de musique. A l’instar de : Oyongo Bitolo qui a créé le groupe de danse baptisée la bibizaine, constituée essentiellement de ces jeunes issus de ces quartiers. Ou encore Alexandre Song qui à travers ses réseaux sociaux donne de la force au quartier Essos. Il a récemment acheté 300 t-shirts des « tranches d’ananas » pour 6000 francs l’unité, soit 1,800,000 francs cfa en soutien à ce nouveau concept.

 De ce fait le Mbolé comme mode de vie se manifeste en trois choses notamment : les instruments et le rythme, le message de leurs chants, et l’esprit qui s’y dégage.

Le Mbolé : rythmes et instruments

Si aujourd’hui le Mbolé se joue dans les studios et est plus informatisé, il faut néanmoins dire qu’à l’origine, il se joue avec des objets souvent récupérés autour de nous. Parfois des bancs en bois, des ustensiles de notre quotidien qui produisent assez de son. Toutefois, les principaux instruments du Mbolé sont le Djembé et le claquement des mains. Le Djembé est un instrument de musique originaire de l’Afrique de l’Ouest notamment de l’empire Mandingue/ du Mali. Il s’est ensuite exporté à travers l’Afrique et l’occident. Communément appelé Tam-tam, c’est un instrument solo qui produit un son plus ou moins aigu et qui en général, se fait accompagner d’autres instruments. Le Djembé est tout ce qui donne son sens au rythme du Mbolé. Il est souvent accompagné d’un autre instrument assez atypique appelé le « répondant » qui n’est autre que le claquement des mains. Ce sont ces objets qui donnent tout son sens au Mbolé et qui y apportent le rythme nécessaire pour produire ce show. S’il est difficile de définir clairement quel est le genre du Mbolé, certains affirment que c’est un style de musique qui se rapproche du bikutsi. Même si pour les fondateurs, il n’en est rien. Dj Lexus précisait dans une interview que le Mbolé n’est rien d’autre que le Mbolé. Si le Mbolé à l’origine se chante de façon énergétique, la nouvelle génération y apporte un peu plus de douceur. Souvent pour exprimer des moments de tristesse ou alors l’amour.

Le Mbolé : des textes forts

Quand on parle de textes forts ici, ne vous attendez pas à des lyrics aussi profonds que ceux de Keri James ou Sia ou encore proche de nous, de Richard Bona ou Belka Tobis. Les textes forts ici réfèrent tout simplement le côté cru des lyrics que l’on retrouve dans le Mbolé. Ces artistes ont une grande facilité à exprimer leur vécu quotidien sans filtre. Le message dans la plupart des chansons Mbolé tourne autour des scènes du ghetto, la chanson « dans mon kwatta » de Petit Malo illustre parfaitement ceci. Les Mboleyeurs dans leurs textes ne cherchent pas à séduire ou à impressionner. Ce qui rend leur musique particulière c’est ce côté naturel autant au niveau de la voix que du message véhiculé. Dans leurs textes, ces jeunes expriment la dureté de la vie et leur volonté de sortir du ghetto pour changer de vie. Ils mettent également en lumière des comportements déviants comme la consommation de stupéfiants un moyen de sensibilisation que petit Bozard exprime dans son titre « détecteur de gué » . Dans les textes de la nouvelle génération, on note une grande volonté de faire accepter et adopter le Mbolé par tous. C’est pourquoi les chansons sont beaucoup plus travaillées et les textes plus recherchés. Il faut dire qu’ils s’ouvrent à de nouvelles thématiques telles que l’unité nationale chantée par Petit Bozard, ou encore la sensibilisation autour du corona chantée par Ellano Boss dans le titre « Corona au Nom de Jésus ». Sans oublier les louanges populaires chantées lors des veillées ou encore des compositions telles que « Alleluia » des Médecins de Medeline. Plusieurs autres thématiques sont développées dans ce genre de musique notamment le vol, les déviances, la pauvreté, l’espoir, la joie.

L’esprit derrière le Mbolé

Selon notre analyse, l’esprit que l’on retrouve derrière le Mbolé va au-delà de la simple vie du ghetto. C’est plus profond que cela. Le Mbolé exprime la vie. La joie de vivre. Une volonté de vivre sans vie, sans souciance. Comme le coupé-décalé en Côte d’Ivoire, le Mbolé est une musique qui se veut dansante. Lorsqu’on est entouré des voix graves de ces chanteurs ou des sonorités du Djembé, on oublie tout, on vit l’instant présent. C’est une sorte de libération, de révolte contre la vie qui n’a jamais été facile pour ces jeunes. Mais par dessus tout, le Mbolé étant une musique populaire, prône l’unité, la fraternité. C’est la raison pour laquelle les jeunes d’aujourd’hui s’identifient aussi facilement. Car derrière le Mbolé, il n’y a pas un socle culturel. C’est une musique qui n’appartient à personne si ce n’est à tous ces jeunes du ghetto. Aujourd’hui même encore il traverse les villes et touche de nombreux jeunes. C’est cet esprit d’unité qui donne toute sa force au Mbolé et si cela est préservé on peut être sûr que de meilleurs jours attendent ces jeunes.

La place des femmes dans le Mbolé

Il est vrai que le Mbolé est un style de musique dominé par les hommes, et est même très masculin. Ceci pourrait s’expliquer par le fait que les chanteurs de Mbolé en général se retrouvent dans des lieux où on trouvera peu de femmes. Par exemple, les stades de football, les carrefours populaires, le « terre » lieu de vente et de consommation de stupéfiants ou encore les veillées funestes. Il faut alors être une femme très à l’aise en compagnie des hommes pour y avoir accès. Néanmoins, il existe effectivement des filles qui dansent le Mbolé, avec autant d’énergie et de maîtrise que les hommes. Il existe même des chanteuses de Mbolé telles que : Achley, Djeni Djay pour ne citer que celles là. D’après Dj Lexus; « c’est un rythme qui est difficile pour les femmes. Pour chanter le Mbolé il faut être une fille du kwatta ».

Mbolé, la révolution de la musique urbaine camerounaise ?

Même si à ce jour plusieurs professionnels de la musique refusent de voir le potentiel de ce style, il faut avouer qu’en terme d’identité musicale, dans la musique urbaine au Cameroun, seul le Mbolé peut se vanter de cette casquette. En réalité ce qu’on appelle aujourd’hui musique urbaine camerounaise manque énormément d’identité. Et c’est ce qui rend difficile son positionnement sur la scène musicale internationale. La musique urbaine camerounaise d’aujourd’hui, ressemble plus à une pâle copie de l’afrobeat du Nigeria, ou encore du coupé décalé de la Côte d’Ivoire. Et pourtant quand on regarde de plus près, le Mbolé n’a rien à voir avec cela. C’est une musique de jeunes camerounais qui tire son inspiration de notre culture. Une véritable identité camerounaise. Quand on écoute le Mbolé, il ne ressemble à rien d’autre qui vienne d’ailleurs. Ce n’est rien d’autre que le Mbolé. Heureusement que ces jeunes l’ont compris et commencent peu à peu à se positionner dans ce domaine de la musique camerounaise qui malheureusement commence à être ennuyeux. D’autres artistes de l’ancienne génération l’ont d’ailleurs compris, à l’instar de Roger du groupe X-Maleya qui a sorti un son au rythme du Mbolé intitulé : « Piripipi » ou encore Michael Kiessou dans le titre « Mbolé Bennam »

Enfin que l’on soit originaire de Nkolndongo ou de Bastos, le Mbolé représente aujourd’hui une véritable opportunité pour la musique urbaine camerounaise. On peut dire que sûrement, l’avenir de notre musique urbaine, c’est le Mbolé ! Autant mieux s’y mettre!


Partager cet Article



Commentaires

Du même auteur

Locko signe son come-back avec un nouveau single intitulé « mêmes-mêmes choses »

Locko signe son come-back avec un nouveau single intitulé « mêmes-mêmes choses »


Presqu'un an après la sortie de son album « Cloud 9 », le Muna Sawa offre à son public une nouvelle mélodie : « mêmes-mêmes choses ». Un single aux couleurs du Locko qu'on a aimé à ses débuts.…


Lire la suite
INFRASTRUCTURES :  Le Cameroun est prêt pour le #CHAN2020

INFRASTRUCTURES : Le Cameroun est prêt pour le #CHAN2020


Il y a encore quelques mois, certaines personnes remettaient en doute la capacité du Cameroun à accueillir le #CHAN2020. Aujourd'hui et surtout après la mission de la CAF qui a séjourné au pays des Lions Indomptables , il est évident que le Cameroun est prêt ! Que ce soit en termes d'infrastructures sportives, routières, ho…


Lire la suite
Votre publicité ici


Dernières publications

Votre publicité ici


  • RT @Yaounde_CKoment: Ils sont nombreux ces jeunes camerounais qui qui font vivre notre secteur de la mode. Découvrez aujourd’hui EmChic, l…
  • Ils sont nombreux ces jeunes camerounais qui qui font vivre notre secteur de la mode. Découvrez aujourd’hui EmChic… t.co/0jCGEKIwLQ
  • Un an après sa disparition, le vide laissé par Dj Arafat est toujours aussi immense. Parce qu’un artiste ne meurt… t.co/yvViE9VwWf
  • Daïshi, un an déjà l’Afrique pleure l’un de ses plus grands talents . RIP Dj Arafat 🙏❤️ . . #CKOMEN #civ225… t.co/dyXbk6DCih
  • RT @Douala_CKoment: [ #FASHION ] Baggy trousers, Oversized dresses and more have been topping the trends in the fashion industry. But did…
  • [ Société ] Entretien avec Me Charles Épée Fondateur et Managing Partner du cabinet d'avocats LexLau, cabinet réfé… t.co/Pxnj4VmxWZ
  • [ #FASHION ] Baggy trousers, Oversized dresses and more have been topping the trends in the fashion industry. But… t.co/NbAHIAv2RW
  • Throw back ! le 1er août 2014 nous annoncions la sortie du Tout premier numéro de #CKOMENT pour le 1er Septembre !… t.co/amKVwgrORC
  • Vous l'avez attendu, vous avez spéculé, il est enfin là le clip @lockofficial. #AuMariageDeMaGo c'est son nouveau s… t.co/NXuoTnTvpo
  • Déjà disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légales, le vidéogramme officiel du nouveau clip de… t.co/FC7OApAGMW
  • L'artiste Locko nous offre un voyage inédit dans un magnifique court métrage fait d'amour et d'actions. Découvrez… t.co/Oj4C7XavDC
  • Hello CK'Peeps!! Cette semaine tour d'horizon des influenceurs et créateurs de contenus camerounais de l'heure. Des… t.co/Z0EOtsLakC
  • NEW 🔥🔥 Première livraison de @TENOR_officiel chez @Defjamafricafr. Son titre « Ce Que Je Veux » est disponible su… t.co/DwWRTs2lE1
  • Première interview de @TENOR_officiel sous le label @Defjamafricafr. Cc @U_M_Africa @umacameroun… t.co/JuiXaI4tdx
  • New 🔥 le rappeur @TENOR_officiel rejoint le label Def Jam recordings ! Pour célébrer en grande pompe cette nouvelle… t.co/OZSTM2gHeK
  • Moi je fais ce que je veux 😊 Cc @TENOR_officiel @Defjamafricafr @U_M_Africa @umacameroun #NSC #UMA #CKOMENT t.co/Fn3o62lHPo
  • Le label historique du Hip Hop #DefJam arrive en Afrique francophone par le biais de @U_M_Africa #NSC… t.co/SRc4dWyTds
  • NOUS SOMMES LA CULTURE... #NSC t.co/5ySoB5fdHL
  • Hello Peep's. Are you ready ?😊😊😊 #CKOMENT t.co/X3rTUG6MLc
  • Delphine Tsanga, la première femme Ministre au #Cameroun s’en est allée le 16 juillet dernier. Retour sur le parc… t.co/MzLwkcMuRG

Copyright © 2020 Ckoment.com. All rights reserved.